10 choses à savoir avant d’adopter un Mastiff




Old English Mastiff

La compagnie d’un chien est agréable lorsque la race adoptée convient à son maître. Parmi les chiens appréciés pour leur caractère sympathique se trouve le Mastiff.

Celui-ci possède des caractéristiques propres qu’il faut considérer avant de le prendre sous ses ailes. Voici les points essentiels à connaître sur cette race de chien au profil unique.

1. Le Mastiff, un chien géant

Classé parmi les chiens de race géante, le Mastiff se caractérise par sa carrure impressionnante.

Il suffit de l’apercevoir pour être dissuadé de s’en approcher. Semblable à un molosse, son aspect est imposant. Aussi puissant soit-il, il affiche une allure gracieuse et harmonieuse. Son poids ? Pas moins de 65 kg avoisinant parfois la centaine. Le poids du mâle est en effet souvent compris entre 70 et 110 kg pour une taille allant de 70 à 82 cm. La femelle peut peser entre 60 et 90 kg et mesurer 66 à 80 cm.

Le Mastiff possède un corps solide, musclé et large, de la poitrine jusqu’aux jambes. Sa tête généreuse se compose d’un front plat et d’oreilles fines. Son visage comporte, en revanche, de petits yeux et un court museau. Il est pourvu d’un cou musclé aux contours gracieux, de côtes cintrées, d’un dos élargi et de flancs tombants. Ses membres structurés sont complétés par de grosses pattes. À l’arrière, sa large queue se dresse bien droit. La couleur de la robe du Mastiff est généralement fauve avec des variations argentées, abricot ou foncées. Le Mastiff peut vivre jusqu’à 11 ans.

2. Un animal d’origine anglaise

Surnommé Dogue anglais ou Old English Mastiff, le Mastiff provient du Royaume-Uni.

Son existence remonte à plus de 2000 ans, plus précisément en 55 avant J.-C. Il a été découvert par les légions de Jules César lors d’affrontements.

Les Romains ont été agréablement impressionnés par ce chien vigoureux. Une fois la bataille gagnée, les légions prirent avec eux quelques-uns de ces chiens géants pour les affecter au cirque. Ils furent ensuite utilisés comme de vrais animaux de combat puis en tant que protecteur des troupeaux contre les prédateurs.

La Fédération cynologique internationale a reconnu l’existence de cette race en 1964. Le Mastiff est classé dans la catégorie 2A des dogues molossoïdes.

3. Un animal connu pour son tempérament doux et tranquille

Si la carrure est importante au fur et à mesure que l’animal grandit, le tempérament du Mastiff est inné.

C’est un chien calme et amical. Ces qualités lui valent d’être un excellent chien de compagnie pour la famille. Facile à vivre, il est un véritable joueur. Il se montre extrêmement doux, mais peut se montrer très protecteur dès qu’il remarque un danger pour sa personne ou pour sa famille.

Avec un Mastiff, on multiplie les caresses. Il aime qu’on lui témoigne de l’affection. S’il faut lui inculquer des règles de bonne conduite, il faut procéder avec amour. Il peut montrer de l’affection en retour si on le traite avec douceur et considération.

4. Les Mastiffs peuvent être assez paresseux

De prime abord, le Mastiff est un chien fort et actif.

Il peut toutefois se montrer paresseux à certains moments, et cela, pour plusieurs raisons. D’abord, ce chien géant peut devenir rapidement obèse. S’il prend du poids, ses articulations peuvent s’affaiblir. Dans cette situation, il est moins tenté de se déplacer ou de pratiquer des activités sportives. Il aura plutôt tendance à passer plus de temps allongé.

La paresse d’un Mastiff peut également être due à l’absence d’un environnement actif. S’il n’a rien à faire ou très peu d’activités à mener, le Mastiff peut facilement se laisser gagner par l’oisiveté. Cela est tout aussi valable si on ne le fait pas promener régulièrement. En parallèle, l’ennui peut rendre un Mastiff oisif, voire léthargique.

Son affection pour le sommeil peut l’amener à demeurer parfois inactif. Après avoir accompli son activité du moment, il ne tarde pas à retourner à sa sieste. Un Mastiff qui n’est pas habitué à d’importantes stimulations ou qui n’a pas été sociabilisé peut, par ailleurs, aisément tomber dans la paresse.

5. Il sait être indépendant quand il le faut

Le caractère doux du Mastiff ne l’empêche pas de manifester son indépendance au moment opportun.

Il peut en effet travailler seul. Il n’est pas collant. Il a l’habitude de réfléchir en restant à l’écart.

Le Mastiff est capable de se tenir à distance, quelle que soit la grande affection qu’il témoigne à son maître. Il préfère ne pas se vouer entièrement à une seule personne, mais entretenir une vraie proximité avec son groupe familial.

Il est recommandé de ne pas l’éloigner volontairement, ou l’exclure. Il risque de mal le prendre et de se retourner contre vous.

6. Il perd une quantité importante de poils lors des mues annuelles

Le Mastiff se caractérise par ses poils courts et serrés.

Des épaules au dos, la densité du pelage de ce chien est considérable. Durant l’année, chaque brin de poil pousse jusqu’à atteindre une taille maximale. À ce moment, sa masse corporelle influence les poils qui sont plus enclins à tomber. Cette phase de perte de pelage coïncide avec l’automne et le printemps.

Le Mastiff se retrouve ainsi en saison de mue pendant laquelle le brossage de ses poils est quotidien. Aussi, il faudra laver son chien au moins deux fois par an. Il faut également vérifier ses voies auditives pour s’assurer qu’aucune obturation n’est présente. En dehors des périodes de mues, le brossage est hebdomadaire. À cela, il faut associer une inspection méticuleuse de son corps, au retour des balades, afin de retirer les parasites tels que les tiques.

7. Un chien sensible : il doit pouvoir faire confiance à son maître

Le Mastiff a la capacité de ressentir les impressions de ceux qui l’entourent.

Sa particularité reste sa finesse de perception de l’environnement. Il se met à l’écart dès qu’il aperçoit que l’on est agressif. Si son maître crie sur lui ou manifeste de la brutalité, il pensera, par conséquent, que celui-ci n’est pas fiable. Il se méfiera.

Il est recommandé d’être constant et cohérent dans son comportement avec un Mastiff. Lorsque ce chien se rend compte qu’on le reprend avec douceur, mais aussi avec fermeté, il obéit plus facilement.

8. La croissance du Mastiff est longue et délicate

L’aspect le plus embarrassant du Mastiff est sa croissance.

Il est sujet à une longue et très lente croissance. Son corps et ses muscles se développent avec délicatesse, pas à pas. Il est important et nécessaire de ne pas essayer d’influencer ni d’altérer son évolution. Il faut observer chaque étape de son développement sans le stresser ni le brutaliser.

Quand les étapes de croissance du Mastiff sont respectées, son squelette se forme sans distorsion. Son ossature se développe en harmonie avec tous ses membres. En associant quelques activités physiques durant son développement, il grandira solidement et sera bien bâti.

9. Le Mastiff doit être éduqué tôt

L’éducation du Mastiff commence dès ses premiers mois.

S’il apprend les bonnes habitudes et découvre le monde à temps, il sera calme et tranquille, quelle que soit la situation qui se présente à lui.

Le Mastiff est un chien intelligent. Il est capable d’apprendre rapidement ce qu’on lui enseigne. Son éducation doit prendre en compte la socialisation et l’exploration du monde. Pour commencer, il faut lui montrer sa place dans la maison. On continue en lui apprenant certains mots comme « coucher », « assis » ou « au pied ».

Le maître doit faire preuve de logique dans son attitude envers le Mastiff pour que ce dernier se soumette à ses ordres au fur et à mesure. Avec rigueur et bienveillance, on vient à bout de l’éducation de ce chien.

10. Les Mastiffs adorent manger !

Avant d’adopter ce chien géant, il est nécessaire de s’apprêter à lui fournir la quantité alimentaire dont il a besoin.

Un Mastiff adulte peut manger de 1 à 1,5 kg de nourriture par jour. Chaque chien possède ses spécificités alimentaires, mais la consistance des repas sera différente selon que l’animal est stérilisé ou non.

Il est important d’adapter le régime alimentaire au Mastiff pour éviter toute torsion de son estomac. Il ne doit effectuer aucune activité physique avant ou après avoir mangé.